Animation des images TOMS

À la découverte du trou d'ozone!

Centre for
Atmospheric Science


Université de Cambridge

Page d'acceuil     Partie I     Partie II     Partie III     Partie IV

Glossaire


A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

A

Antarctique
la région polaire de l'hémisphère Sud
Arctique
la région polaire de l'hémisphère Nord

B

C

Chapman (cycle de)
Ainsi appelé après la publication par S. Chapman de l'article "A theory of upper-atmosphere ozone, Mem. Roy. Meteorol. Soc." en 1930 qui exposa la première théorie sur la couche d'ozone stratosphérique.
Chloro-Fluoro-Carbures (CFC)
Un produit industriel d'utilisation courante dans les systèmes de réfrigération, de conditionnement d'air, bombes aérosols, solvants ainsi que dans la réalisation de certains types d'emballage. Pratiquement inertes au niveau dans la basse atmophère (troposphère), ils sont entraînés à de très hautes altitudes où ils sont décomposés par le rayonnement solaire (UV), plus intense à ces altitudes. Ce sont les composés chlorés produits par ce processus qui s'attaquent à l'ozone. La production et l'utilisation des CFC par l'industrie ont sérieusement été réduites conformément au Protocole de Montréal et ses amendements. Vous pouvez aussi vous reporter à la rubrique "halogènes".

D

Dobson (unité)
L'unité employée pour quantifier la colonne d'ozone (ou ozone total, représentant la quantitée d'ozone situé au-dessus d'un point de la surface terrestre). Pour plus d'informations à ce sujet.

E

European Arctic Stratospheric Ozone Experiment (EASOE)
Une importante campagne européenne de mesures, pendant l'hiver 1991/92. Pour plus d'informations. Voyez aussi SESAME.
Exosphère
Couche d'atmosphère située au-dela de 400 km d'altitude. Pour plus d'informations.

F

G

H

Halogènes (ou composés halogénés)
Classe de composés chimiques contenant du chlore, du brome ou de l'iode, incluant les CFC. Ces composés peuvent se décomposer et former divers radicaux détruisant l'ozone.

I

J

K

L

M

Mésosphère
Couche de l'atmosphère comprise entre 50 et 100 km d'altitude. Pour plus d'informations.
Montréal (protocole de)
Le premier pas d'importance en vue de limiter et d'empêcher de nouveaux endommagements de la couche d'ozone stratosphérique. La convention du protocole de Montréal fut signée en 1987 par de nombreux pays afin de fortement réduire la production et l'emploi des CFC, qui furent prouvés responsables de la destruction de la couche d'ozone. Depuis 1987, des amendements au texte initial ont imposé des mesures encore plus restrictives quant à la production et l'utilisation de composés potentiellement dangereux.

N

Nuages stratosphériques polaires (ou PSC pour Polar Stratospheric Clouds)
Le moyen par lequel les composés chlorés sont transformés depuis leurs formes réservoirs vers leurs formes réactives et destructrices d'ozone. Ces nuages sont composés de particules d'acide nitrique et d'eau, généralement présents à la température de congélation dans la stratosphère. Pour plus d'informations.

O

Ozone
Un gaz d'origine naturelle à l'état de trace dans l'atmosphère. Sa formule chimique est O3. Dans la stratosphère, il absorbe une grande partie du rayonnement UV solaire nuisible à la santé. Pour plus d'informations.

P

Q

R

Réservoirs (espèces)
Les espèces réservoirs sont celles qui maintiennent les composés chimiques responsables de la destruction chimique de l'ozone sous des formes inoffensives pour l'ozone. Par exemple, HCl et ClONO2 sont les formes réservoirs pour les espèces chlorées. BrCl et BrONO2 sont celles des espèces bromées. Ces espèces réservoirs sont importantes car leurs concentrations indiquent le nombre d'atomes de chlore qui sont potentiellement capables de détruire l'ozone dans les conditions chimiques perturbées des hivers polaires. (Voir Partie II: les pertes d'ozone en Antarctique au cours des dernières années pour d'autres informations).

S

Second European Stratospheric Arctic and Mid-latitude Experiment (SESAME)
Une importante campagne européenne de mesures de 1994 à 1995. Pour plus d'informations. Voir aussi EASOE.
Stratosphère
Couche d'atmosphère située entre 10 et 50 km d'altitude. Pour plus d'informations.

T

Température potentielle
Il s'agit de la température qu'aurait une particule d'air transportée de manière adiabatique depuis sa température ambiante et pression d'origine jusqu'à la pression de 1000 hPa (hecto-Pascal).
Thermosphère
Couche d'atmosphère située entre 100 et 400 km d'altitude. Pour plus d'informations.
Third European Stratospheric Experiment on Ozone (THESEO)
La dernière campagne européenne de mesures en date. Voir aussi SESAME et EASOE pour les précédentes campagnes de mesures. THESEO recouvre la periode 1997-1999. D'autres informations peuvent être obtenues sur le site Internet du European Ozone Research Coordinating Unit.
Tourbillon polaire
Une colonne d'air froid, distincte du reste de l'atmosphère, située au dessus des pôles (en particuliers, le pôle Sud) et résultante des conditions météorologiques. Le tourbillon polaire se développe pendant l'hiver au pôle quand les régions polaires sont plongées dans la nuit polaire (la lumière solaire n'atteint pas les pôles). Le vent soufflant autour du tourbillon polaire peut atteindre la vitesse de 100 metres par seconde. Le tourbillon polaire s'établit dans la moyenne et basse stratosphère. C'est un point-clé pour la destruction de l'ozone, car il isole l'air très froid qui lui est intérieur du reste de l'atmosphère.
Tourbillon potentiel
Le tourbillon potentiel (ou vorticité potentielle) est l'enroulement que le champ de vent aurait si une particule d'air était déplacée vers une latitude et une altitude de référence.
Tropopause
La région de l'atmosphère de faible épaisseur séparant la troposphère de la stratosphère. Pour plus d'informations.
Troposphère
Couche de l'atmosphère située entre le sol et 10 km d'altitude. Pour plus d'informations..

U

V

W

X

Y

Z

 


 

Glossaire Crédits Informations Technique Formulaire

Retour à la page
de présentation
  |   Glossaire   |   Crédits   |   Informations   |   Technique   |   Formulaire


© 1999. Centre for Atmospheric Science, Université de Cambridge, Royaume-Uni. Ni textes, ni graphiques ne peuvent être utilisés sans une permission écrite et explicite au préalable. Cette version du site est maintenue à jour par le Dr. Glenn Carver. Le concept originel et le graphisme sont d'Owen Garrett.
Traduction française : Dr. Hubert Teyssèdre & Dr. Marielle Guirlet.